Les derniers développements de la recherche - le développement des infoceutiques Jour & Nuit

par le Dr Rainer Viehweger

Qu’est ce que la vie ? "Elle doit être capable d’appeler l’énergie à la demander et de l’engager dans une transformation extrêmement rapide et efficace" (Mae-Wan Ho).

Les cycles : chemin biochimiques interconnectés, intégrés les uns dans les autres du microscopique au macroscopique, de l’atome aux galaxies. Ces cycles créent des systèmes d’espace-temps, des cavités qui conservent l’énergie.

Les structures cohérentes - cristaux, grilles, cycles couplés, effets tunnel, champs magnétiques et corporels (courants d’électrons), fibres de collagènes... La charge (batteries à eau près des membranes) et les transferts d’énergie (électrons et protons) ... la signalisation (photons et messages quantiques lumineux ou électromagnétiques) ...

Cela va nous ramener à la base de ce qu’est notre vie ; les cycles, la cohérence, les particules subatomiques, l’environnement, les différences autour de la terre dans les environnements, qu’on retrouve dans les constituants de notre corps (mitochondries, cellules eucaryotes...) ; la manière dont on brûle notre nourriture, les cycles circadiens, la DHA...

Protons et électrons

Les protons sont positifs, liés aux champs magnétiques à la gravité et à la masse ; les électrons, négatifs, de mouvement libre (1836 fois plus léger qu’un proton), facilement convertibles en photons et vice-versa (effet photoélectrique, on verra la DHA), et créent des flux (énergie cinétique). Des champs magnétiques mouvants créent des courants d’électrons, et des électrons en mouvement créent des champs massifs électromagnétiques.

Mae-Wan Ho a écrit un livre intitulé "le ver et l’arc-en-ciel", montrant que nous étions des êtres de lumière, que l’arc-en-ciel lumineux se retrouve aux plus petites échelles du vivant.

Un excès de protons mène à un pH bas, l’acidité, plus de masse, la rigidité, les inflammations, le vieillissement, l’état de maladie ; au contraire un excès d’électrons va mener à un pH élevé, l’état basique, moins de masse, la flexibilité, le courant électrique, l’anti-âge, la santé et le bien-être.

le Dr Jack Kruse dit que la lumière est une table à trois pieds : lumière, magnétisme (cohérence), et chimie de l’eau (batteries d’eau). La vie est un flux d’énergie - principalement d’électrons, notre "monnaie énergétique". Ils nous viennent de la terre, du soleil, de l’eau (4e phase H3O2), et de notre nourriture ! Une bonne nourriture est riche en électrons.

Les cellules eucariotes et les mitochondries

Il y a 2,1 milliards d’année, à la fin de la première période glaciaire totale, l’oxygène apparut et le taux de méthane décrut. Les archéobactéries, qui existent toujours, vivent du méthane, dans des environnements extrêmes (eaux profondes, sans lumière, mais avec de la vie). Les protéobactéries utilisaient, elles, la lumière. Elles nous ont intégrées en tant que mitochondries, qui one un génome séparé du nôtre (c’est une symbiose de deux êtres différents).

Je pense que l’évolution créé des êtres vivants pour découvrir toutes les possibilités de vie.

Le génome des Archaea est toujours utilisé pour réparer et faire croitre nos cellules ; celui des mitochondries est plutôt utilisé pour l’énergie. Les mitochondries représentent 35% du poids du muscle cardiaque, par exemple. Chacune contient plusieurs copies d’ADN, et des études ont montré que jusqu’à 20% de mutation tout va bien, que à 40% de mutation on constate obésité, intolérance à l’alcool, fatigue, et à 60% des maladies chroniques comme la fibromyalgie.

Que se passe-t-il lorsqu’on mange ? à la fin, les électrons arrivent jusqu’aux mitochondries, transportés par des liaisons spécifiques (NAD, FAD), avec l’aide d’enzymes.

2H+ — +1/2 O2 -> H2O

Cette formule est celle qui permet d’envoyer des fusées sur la lune, et c’est ce que font nos cellules. C’est le principe d’une pile à combustible. La cellule y ajoute un générateur de champ magnétique (molécules tournantes), et les électrons convoient même l’information quantique de la couleur (dans la dimension de la liaison), stockée dans l’adénosine (au coeur de l’ATP), ce qui montre que l’ATP convoie non seulement l’énergie (dans le phosphate), mais aussi de l’information !

Ainsi, la couleur de la lumière, qui varie au cours de la journée et des saisons, est convoyée jusqu’au coeur de nos cellules. Par exemple, manger des fruits d’été, en hiver, leur envoie l’information de l’été, et les fait réagir en stockant des graisses pour passer l’hiver. De même dans la journée, il faudrait utiliser des protéines dans la journée, et brûler des graisses le soir - ceci est lié aux rythme de l’insuline, par exemple. Tout ceci a conduit au développement de ces nouveaux infoceutiques.

On produit 70 à 100kg d’ATP par jour dans notre corps et cette information est primordiale ; c’est une découverte très récente et très peu connue.

Dépliement, repliement - les rythmes circadiens

Comme les fleurs, ces mécanismes peuvent être contrôlés par la lumière, la température, l’humidité... ces mêmes mécanismes arrivent dans nos cellules ! Selon l’énergie nécessaire, celles-ci se déplient, impliquant l’énergie électromagnétique, le cortisol, l’activité physique, un taux supérieur de radicaux libres. La nuit au contraire, en se repliant, cela implique : froid (hiver, chambre fraiche), recharge des électrons plus facile, relâchement des muscles (au plus fort en état REM où seuls les yeux bougent, avec un grand calme nécessaire, pas de lumière, pas de bruit, pas de perturbations électromagnétiques...), et de découplement (le dernier état de la production d’ATP) qui chauffe et charge nos batteries à eau.

On a donc un état très différent le jour et la nuit, l’été et l’hiver. Et les photons de lumière bleue, amenés jusqu’au coeur des cellules, bloquent la mélatonine et donc le sommeil réparateur.

On a donc deux chemins métaboliques : un contrôlé par la lumière pour le cycle journalier, l’autre par la nourriture pour les saisons. Il semble que le froid de l’hiver soit plus important que le cycle du jour, et le métabolisme change énormément, en particulier pour les graisses ; ne pas le respecter mène à des maladies.




DHA

les DHA (un Oméga-3) sont aussi liés à la transformation de la lumière en courant électrique dans les membranes cellulaires (30% dans le cerveau, 60% dans la rétine). On en produit très peu, on les trouve par exemple dans les fruits de mer, l’huile de poisson. la DHA n’a pas changé depuis 600 million d’années, on la trouve aujourd’hui chez tous les animaux. Elle se polarise dans un champ magnétique, "un semi-conducteur qui ne laisser passer les électrons qu’à certains niveaux d’énergie donnés pour contrôler sa dépolarisation".

Les DHA sont aussi le plus important convertisseur d’énergie et ralentissent les photons, ce qui permet de mieux les intégrer. la DHA créé des petits aimants dans le corps.

LE DHA est déjà lié à beaucoup d’infoceutiques.

Infoceutiques Day et Night

Les nouveaux infoceutiques sont ainsi créés :

jour (Day) : dans cet ordre, eau, protons, oxygène, lumière solaire, DHA, électron, alignement global (BFA), iodure de potassium (qui semble aussi soutenir l’énergie dans les fluides encéphaliques). Il est corrélé à tous les EI, tous les ET, le système nerveux sympathique, ED3, les émotions positives, les centrioles et l’appareil de Golgi, les zones géopathiques, les changements de pression artérielle. Une valeur élevée dans ProVision doit alerter sur la déshydratation, la lumière du soleil, un état dépressif, les inflammations et douleurs, la DHA.
nuit (Night) : dans cet ordre, la membrane cellulaire hydrophile, l’hydrogène, l’eau, les protoplasmes, tocotrienols (une forme de vitamine E), le tissu conjonctif, les infra-rouges à 3000nm (liés à la création de l’eau en 4e phase), les électrons, la circulation des liquides dans la cellule (microtubes), le magnétisme, et EI6 (intégrateur des reins, lié à la mélatonine, la DHEA). Il est corrélé au mouvements de l’eau, champs électrostatiques et magnétiques, au système nerveux parasympathique, au virus Coxsackie B et aux herpès (varicelle zoster, CMV, EBV, HSV1+2, HH6, HH8), au bol alimentaires et blocages de digestion. Une valeur élevée dans ProVision doit alerter sur la qualité du sommeil (vous souvenez-vous de vos rêves ? ne pas s’en souvenir est un indice de manque de sommeil profond), les perturbations électromagnétiques, la lumière bleue (écrans), l’apoptose et l’autophagie, les télomères, les cellules souches, les syndromes métaboliques, l’épuisement, et l’anti-âge.


Day : le matin ou dans la journée, séparé d’autres infoceutiques sauf si intégré dans le protocole (dans ce cas, entre BFA/PL et les drivers).

Night : lorsque la nuit arrive ou avant de se coucher.

15 à 28 gouttes chacun, à adapter selon la réaction.

Un dernier mot sur la lumière bleue (380 à 490nm) : des cellules rétinales spéciales sont ajustées à ces fréquences et directement connectées à ces centres régulant la faim, la pression sanguine, la température, la fréquence cardiaque, mais aussi bloque la production de mélatonine dans la glande pinéale et équilibre la sérotonine et le cortisol. Il faut l’éviter le soir ! les écrans et lumières artificielles sont à éviter ou à filtrer.

Cet article fait partie de la Revue Pantherapeutique numero 4 :
La Revue Panthérapeutique
#4
Edito

Les NTIE - Nouvelles Thérapies Energétiques et Informationnelles - prennent l’eau... et en découvrent un quatrième état

Ce numéro 4 reprend mes notes de conférence au Luxembourg en mai 2015, au congrès international NES Health.
L’information la plus passionnante était sans doute liée aux découvertes récentes du docteur Gérald Pollack sur le quatrième état de l’eau : solide, liquide, gazeuse... et cristal liquide ! Cet état, qu’on trouve de manière majoritaire dans nos cellules, explique de manière révolutionnaire la tension superficielle de l’eau, les effets tunnels et les créations physiques de mouvements, et surtout la « mémoire de l’eau », en montrant que l’eau structurée retient l’information électromagnétique et peut la reproduire !
Les relations avec la génétique (l’ADN) et l’épigénétique sont nombreuses et vont dans les deux sens. C’est un prolongement passionnant des études du professeur Luc Montagnier présentées dans le précédent numéro de la revue Panthérapeutique.

Pour citer Sarah Turner, directrice de la recheche chez NES Health : "la science de l’eau est probablement la prochaine avancée majeure, sans doute plus que la découverte de l’ADN (...) La médecine informationnelle était en avance sur son temps ; nous sommes aujourd’hui au point de basculement !"

Je vous souhaite une bonne lecture de ce numéro, qui ouvre des perspectives passionnantes pour la science médicale du XXIe siècle !

Médéric Degoy
fondateur, Panthérapie

Invités

La science de l’information, une histoire de détective

Le crime impossible : la victime a été tuée d’une balle dans le coeur, la porte est fermée a clé, et il n’y a aucun indice ; Sherlock Holmes est appelé, et se demande si la porte peut être actionnée à distance. C’est en regardant d’un point de vue différent qu’on comprend que ce qui paraît impossible est en fait possible.

Méthodes

Nutrition et vieillissement

L’une de mes passions est l’étude du vieillissement, et je pense que le cerveau contrôle beaucoup ce processus en fonction de ce que l’on pense ; c’est un voyage au long de la vie, et des techniques de nutrition pour les cellules permettent de le contrôler.

Articles scientifiques

La quatrième phase de l’eau

En regardant l’océan et un nuage, pourquoi voit-on un nuage unique et non un brouillard ? Pourquoi des gouttes d’eau flottent quelques instants sur la surface de l’eau avant de s’y mélanger ? comment l’eau peut-elle former un pont entre deux tubes à essai, en les éloignant lentement ? Il y a 12 ans, Gérald Pollack écrivait déjà des réponses dans "cellules, gels et les moteurs de la vie".

Témoignages

Les mystères de la santé

Anu Mehta est praticienne NES Health en Inde et y a créé la première clinique de médecine intégrative.




Outils de Recherche

Participer

A propos

Centres, Praticiens

Formations, Rencontres

Revue, études

SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0