Etudes médicales sur la biorésonance : tour d’horizon

Pratiquée depuis plus de 30 ans, la biorésonance fait l’objet depuis récemment d’études médicales sérieuses.



Niveaux de preuves d’une étude scientifique retenus

Nous utilisons l’échelle du AHA (American Heart Association) qui définit 8 niveaux de preuve :
Niveau 1 : essais contrôlés, en double aveugle, randomisés, avec réponse statistiquement significative, ou méta-analyse
Niveau 2 : essais contrôlés, en double aveugle, randomisés, avec réponse statistiquement non significative, ou méta-analyse
Niveau 3 : série d’études prospectives, contrôlées mais non randomisées.
Niveau 4 : série d’études historiques ou d’étude de cas, non randomisées.
Niveau 5 : Séries d’études de cas humains
Niveau 6 : Séries d’études de cas animaux ou mécaniques
Niveau 7 : Extrapolations raisonnables de données existantes
Niveau 8 : Raisonnement rationnel
De manière générale, le niveau 1 n’est requis que pour les études pharmacologiques et médicales. Une étude en double aveugle randomisée, est une distribution aléatoire de cas, séparés en deux groupes, l’un étant soumis à l’objet du test ("verum"), l’autre non ("placebo"). Un mécanisme est inventé à chaque fois pour que ni l’opérateur, ni le patient ne sache s’il est soumis à l’objet du test ou à un faux. Une réponse statistiquement significative est définie comme une écart de plus de 5%.

Etudes significatives sur le sujet de la biorésonance

Etude Schumacher - Niveau 4/5
204 patients traités par la biorésonance pour différentes allergies, montrent 83% de cas sans symptôme après quelques mois. L’auteur note que 15% auraient suffi à le définir comme statistiquement significatif.

JPEG - 152.6 ko

Etude Yang Jinzhi/2003, allergies cutanées, Chine
Etude de 79 cas tout-venant (12 adultes et 57 enfants de 3 mois à 74 ans ; 31 hommes, 48 femmes malades pendant 3 jours à 21 ans) en 2003 par Yang Jinzhi, dép. allergies de l’hôpital pour enfants de Jinan (Chine), sur des allergies cutanées : 27 eczémas infantiles, 32 cas d’urticaire, 20 cas de dermatite atopique. Il a été demandé aux patient d’arrêter tout traitement stéroïdien ou antihistaminique pendant 7 à 10 jours avant les essais. Chaque patient a été testé en regard de palettes d’allergènes ou de substances suspectées amenés par eux.
Le critère de réussite était la disparition d’éruptions cutanées et l’absence de rechute dans les 6 mois du traitement. Etait noté ’guérison’ la disparition complète des éruptions et aucune réapparition au contact avec les allergènes ; ’effet significatif’ la disparition complète des éruptions et une faible réapparition de réaction après 3 mois de contact avec les allergènes ; ’effet’ la réduction des éruptions (nombre et surface) et le soulagement des douleurs cutanées ; ’invalide’ l’absence d’effet, ou la rechute pendant la durée du traitement.


Les résultats ont été de 74.7% "guérison", 15.2% "effet significatif", 7.6% "effet", 2.5% "invalide", soit un taux global d’effets positif de 89.9%. Il est notable qu’aucun des 79 patient n’ait reporté d’effet négatif, seul un faible nombre une fatigue, et que des enfants ont rapporté un meilleur appétit et que les selles étaient notablement meilleures qu’avant.

Etude Yuan Ze, Huang Jiali, Wang Haiyan and Yu Chunyan / 2003, Allergies, Chine - Niveau 4/5
Etude de 154 cas au département pédiatrie de l’hôpital central de Xi’an (Chine), dont 40 cas d’eczéma, 26 d’urticaire, 18 de dermatite, 3 de neurodermatite, 20 de rhinite allergique, 1 conjonctivite allergique, et 46 d’asthme. les 90 hommes et 64 femmes de 20 jours à 72 ans, tous malades depuis 1 jour à 20 ans, ont été tous interdits de traitements antihistaminiques ou autres durant les essais, et une détection complète d’allergènes a été effectuée sur chacun. Les critères de réussite étaient les mêmes que précédemment. Le taux global de ’guérison’ était de 85% pour l’eczéma (95% d’effets positifs - e.p. ), 73% de ’guérison’ pour l’urticaire (92% d’e.p.), 83% dermatite (89% e.p.), 33% neurodermatite (67% e.p.), 80% rhinite allergique (85% e.p.), 100% conjonctivite allergique (un seul cas), et 74% asthme (85% e.p.), soit une moyenne de 78% de ’guérison’ (89% d’effets positifs).

Etude Ze Y, Haiyan W, Allergies, Chine - Niveau 4/5
1639 observations de patients traités sans succès auparavant pour des allergies, avec des résultats similaires à la précédente.

Etude Yang Jinzhi, Zhang Li / 2003, Asthme, Chine - Niveau 3
Etude de 300 cas (197 hommes, 103 femmes, de 2 ans 3 mois à 15 ans) en 2003 par Yang Jinzhi, Zhang Li, centre de recherche et de prévention de l’asthme de l’hôpital pour enfants de Jinan (Chine), tous diagnostiqués selon le 2002 Global Initiative for Asthma. Les 300 cas ont été répartis aléatoirement en deux groupes : 87 cas pour le groupe de contrôle, 213 cas dans le groupe d’observation. Le groupe de contrôle a été soumis aux traitements GINA du 2002 Global Initiative for Asthma, avec anti-histaminiques et corticostéroïdes en inhalation. Pour le groupe d’observation, 7 à 10 jours après avoir arrêté tout traitement, a débuté le traitement de désensibilisation par la biorésonance.
Le critère de réussite était la disparition des symptômes (toux, respiration sifflante, douleurs nasales, éternuements, "nez qui coule" etc.). Etait noté "effet significatif" la disparition complète ; "amélioration" leur grande atténuation (+++ à +), avec symptômes faibles ne nécessitant pas de traitement hospitalier ; "effet" l’atténuation (+++ à ++) avec réduction de la nécessité de traitement hospitalier ; "invalide" la non-évolution.
Les résultats ont été de 52.5% pour "effet significatif", 32.8% pour "amélioration", 7.9% pour "effet", 6.6% pour "invalide", soit un taux global positif de 93.3%.

Etude Machowinski, Gerlach - Niveau 1
Deux groupes de 14 patients avec des lésions de cellules du foie diagnostiquées un an auparavant, dans une étude en double aveugle randomisée.




L’étude montre non seulement un résultat statistiquement significatif, mais un niveau de différence assez considérable entre les deux groupes. 3 points de contrôle sur enzymes : GOT, GPT, GammaGT ; pour le groupe de contrôle, les niveaux sont restés stables, oscillant au-dessus des valeurs standard (valeurs médianes GOT de 24 à 32, GPT de 48 à 50, GammaGT de 42 à 56) ; pour le groupe soumis à la biorésonance, les valeurs médianes, limites supérieures, et intervalle de confiance ont tous diminué régulièrement en valeur sur les 12 semaines de l’étude (GOT de 24 à 12, GPT de 48 à 24, GammaGT de 56 à 28).

Etude Papez, Barovic / Hôpital de Maribor, Slovénie - Niveau 2
Deux groupes de 12 patients chacun, non randomisés, d’athlètes de haut niveaux souffrant de surmenages. Le groupe de contrôle a été traité aux ultrasons et cryothérapie ; le groupe de test, avec la biorésonance. Les scores aux tests psychologiques (VAS) étaient de 5.25 et 5.41 respectivement (le plus bas étant le meilleur) au début, et de 2.6 et 0.61 respectivement après traitement. De plus la durée de traitement était de 144 jours et 104 respectivement, et le nombre de sessions, de 120 et 48 respectivement. Tous ces indicateurs indiquent des résultats substantiels en faveur de la biorésonance.

Etude de l’armée chinoise / 2007, allergies, Chine
Zhang Li,Li Jing-jun,Fang Feng (Hangzhou Hospital of Zhejiang Provincial Corps of Armed Police Force,Hangzhou 310051,China ; Changhai Hospital of Second Military Medical University 200433,China)

Etude de 135 patients, dont 63 ont reçu un traitement par la biorésonance. Le taux de réussite de cette étude est de 82.5%, sans différence statistique notable entre dermatite allergique, rhinite allergique, asthme allergique, et avec un effet plus significatif avec les allergies uniques plutôt que combinées.
Leur conclusion : la désensibilisation par la biorésonance est une bonne approche thérapeutique pour les allergies, sans aucun effet indésirable.

Etude sur les conservateurs cosmétiques

Etude de 46 cas en comparaison entre le test par patch et la réponse d’un appareil de biorésonance ; les résultats sont corrélés de 75 à 86% selon les substances testées.

Etude sur le transfert d’information - niveau 1/2

Etude P.C. Endler, M. Citro, W. Pongratz, C.W. Smith, C. Vinattieri, F. Senekowitsch sur le transfert d’informations de substances / 1989-1995, Erfahrungsheilkunde - Acta medica empirica - Journal for medical practice

Deux études indépendantes de 1995 en double aveugle, en Autriche et en Italie, ont démontré que l’information peut être scannée et transférée par la biorésonance, par l’étude sur têtards de transfert de l’information d’une solution toxique de thyroxine dans l’eau de l’aquarium.

L’étude préliminaire a séparé deux groupes de 144 têtards chacun (test et groupe de contrôle) : le second à une eau soumise à l’information transmise depuis la toxine. Deux tests (La première méthode était celle de Hahnemann (préparation homéopathique) ensuite numérisée ; la seconde, celle du transfert énergétique de la substance directe par la biorésonance seule) ont montré une similarité statistiquement significative dans l’altération (tous deux similaires et généralement plus petits que le groupe de contrôle).
L’étude principale a porté sur 468 têtards dont les pattes arrières étaient en cours de formation, le critère principal étant l’obtention de 4 pattes.

Une étude de contrôle indépendante sur 180 têtard a été réalisée à l’université d’Urbino (Italie), qui confirmait les résultats. Deux groupes de moitié (test et contrôle), dans les deux études, ont été suivis jusqu’à obtention des pattes arrière ; le groupe de contrôle sans traitement, le groupe de test soumis à la biorésonance. Dans les deux études, le groupe de test a statistiquement nécessité 8 à 20 heures de plus pour l’obtention, et comporté plus d’animaux sans queue.

Méta-analyses

Etude Jain, Mills, 2010, Int. J. Behav. Med. (2010) - Niveaux 1 et 2
Cette méta-étude analyse, en attribuant des notes de qualité et de preuve, 66 études cliniques. Tout en concluant que les études sont globalement de qualité moyenne et répondant aux critères minimum de validité, elle met en évidence que ces études permettent de prouver une action réelle sur la diminution de la douleur, de manière forte sur des populations soumises à des douleurs, et de manière moyenne sur des populations hospitalisées ou cancéreuses ; prouver de manière moyenne la diminution des symptômes de démence et d’anxiété pour des populations hospitalisées ; prouver de manière équivoque les effets sur la fatigue et la qualité de vie sur des patients cancéreux, ainsi que la baisse d’anxiété sur des patients atteints de troubles cardiovasculaires. La conclusion : il est nécessaire de mener des études de haute qualité dans ce domaine.

Les études Thyréogym

Le Thyréogym est un appareil fabriqué par Rayonex, une société allemande qui développe la biorésonance depuis plus de 30 ans selon une approche particulière (la biorésonance selon Paul Schmidt). L’originalité de ce produit est qu’il a bénéficié de la volonté de la part de son fabricant d’obtenir toutes les études scientifiques possibles avant sa mise sur le marché en 2013. 7 années ont été nécessaires mais apportent un niveau de preuve jusqu’alors inégalé sur un appareil de biorésonance. Techniquement, l’appareil émet une fréquence électromagnétique choisie pour son action sur l’hypothyroïdie (stimulant la thyroïde et donc la production de t3/t4 pour rétablir un métabolisme correct) — l’une des milliers de fréquences que les machines pour thérapeutes de la marque peuvent émettre et tester. Dans une démarche médicale complète, le fabricant requiert avis médical, questionnaire, prise de sang et échographie avant de proposer l’appareil aux patients, accompagné d’un complément alimentaire spécifique : en effet, rien ne sert de stimuler la thyroïde si celle-ci n’est pas en mesure de travailler correctement — ou si le problème est tout simplement ailleurs —, et sans les éléments nécessaires à la synthèse des hormones thyroïdales pour rétablir un cycle vertueux.
Analyse en détail sur cet article.

Etude d’efficacité Thyreogym sur cultures de cellules in vitro
Etude Fraunhofer, Mikus, 2011, sur cellules - niveau 1
7000 cultures de cellules (fibroplastes) sont directement soumises aux appareils PS10 ou PS1000 émettant la même fréquence que le Thyreogym, avec une augmentation de 13% et 15% respectivement en moyenne : 8% pour le métabolisme ; pour la réparation des kératinocytes : de 22% (thyréogym) à 40% (PS1000) d’augmentation de la multiplication cellulaire.

JPEG - 57.9 ko

Etude Dartsch Scientific, 2011, sur cellules - niveau 3
Etude sur cellules (groupe de contrôle sans exposition au champ magnétique, groupe de test soumis à l’appareil). Immédiatement après l’exposition, dans trois expériences normalisées indépendantes en utilisant des cellules L-929, le champ magnétique aprovoqué une stimulation significative des cellules exposées par rapport aux cellules témoins à 32 ± 8% (moyenne ± écart-type, p <0,05). Pour le groupe de contrôle, on n’a constaté aucune évolution.





Etude Thyreogym clinique sur échantillon de patients - niveau 3
Etude Junge, 2012, sur 41 patients retenus (32 femmes, 9 hommes), dont 6 femmes sous L-Thyroxine et 14 sous médicaments divers. On constate une perte de poids moyenne de 3 kg, et diminution des circonférences pour le ventre et les cuisses (en moyenne 7,7%). Tous les patients ont montré un effet positif, y compris ceux sous L-Thyroxine, mais avec des variations importantes (écart type élevé), sans doute dû à la diversité du panel (19 à 63 ans, de 1m58 à 1m91, de 64 à 134 kg). Par ailleurs, des effets secondaires bénéfiques ont notablement été observés, parmi lesquels la qualité du sommeil, la qualité des selles, la diminution de la fatigue, l’appétit ; également notable a été l’absence d’effets secondaires indésirables chez tous les patients observés.

Etude Thyreogym en double aveugle randomisée - niveau 1
Etude Schussmann, Lönngren, Schulz, klinische Studie Melbeck 2012, sur 42 patients (deux groupes de 21) en hypothyroïdie sans autre symptôme ni autre changement des habitudes, dont 33 retenus pour l’analyse. Durant l’étude de 3 mois, le groupe de contrôle a gagné en moyenne 0.9kg, alors que le groupe soumis à la biorésonance a perdu en moyenne 2kg, sans effet secondaire constaté. Entre les groupes, différences de masse corporelle (1,5 kg, p = 0,030), de masse musculaire squelettique (0,9 kg, p = 0,011), de l’indice de masse corporelle (1,0 kg/m2, p <0,001) et de surface de graisse viscérale (6,1 cm2, p = 0,012).

Conclusion

Bien que la biorésonance soit développée et utilisée depuis plus de 30 ans, y compris par l’armée et des praticiens de tous horizons dans le monde entier, le sujet n’a fait l’objet d’études sérieuses que depuis peu. Par ailleurs, de nombreux praticiens et constructeurs mélangent la biorésonance avec des analyses statistiques ou des diagnostics peu fiables, ce qui contribue à décrédibiliser cette formidable découverte.
Ces études sont indispensables pour pouvoir conclure sur le bénéfice réel de la pratique pour les patients, et les dernières études montrent une conclusion tout à fait nette, scientifiquement parlant, dans plusieurs domaines différents. Reste à statuer sur les milliers de possibilités offertes par la biorésonance dans un grand nombre de pathologies qui n’ont pas encore fait l’objet d’études, car, bien que la validation sur un problème spécifique laisse présager d’une réelle efficacité thérapeutique, il faudra étudier chacune des pathologies faisant l’objet de programmes de biorésonance pour en connaitre l’efficacité exacte.MD

Bib. :
Journal of Clinical Dermatology 2003, 32 (10 :) 616-617.
Journal of applied cosmetology 2006, vol. 24, no3, pp. 115-122
Erfahrungsheilkunde - Acta medica empirica - Journal for medical practice - Offprint (vol. 44, issue no. 3/1995)
Etude P.C. Endler, M. Citro, W. Pongratz, C.W. Smith, C. Vinattieri, F. Senekowitsch sur le transfert d’informations de substances / 1989-1995, Erfahrungsheilkunde - Acta medica empirica - Journal for medical practice
Zhang Li,Li Jing-jun,Fang Feng (Hangzhou Hospital of Zhejiang Provincial Corps of Armed Police Force,Hangzhou 310051,China ; Changhai Hospital of Second Military Medical University 200433,China)
Biofield Therapies : Helpful or Full of Hype ? A Best Evidence Synthesis - Shamini Jain & Paul J. Mills - Int. J. Behav. Med. (2010) 17:1–16 DOI 10.1007/s12529-009-9062-4

Déclaration de conflits d’intérêts : l’auteur de cet article est également, depuis récemment, à la tête d’une société distributrice d’un des fabricants de machines de biorésonance.

Bio-résonance

Agit par envoi de fréquences dans le corps, et analyse du retour, pour une information rapide sur les déséquilibres, et une correction par réharmonisation. Des milliers de fréquences (cellules, organes, émotions, énergétique, parasites...) sont prises en compte.

Bio-résonance détection d’allergies

A l’aide d’un appareil et d’une série d’échantillons, on obtient une réponse immédiate sur la compatibilité du patient avec l’échantillon testé. Un rééquilibrage rapide du corps est possible et la tolérance à l’échantillon testé revient en quelques temps.

Bio-résonance énergétique

Ensemble de soins énergétiques et fréquentiels, pratique qui agit sur les circuits énergétique du corps, comme la MTC, qui régénèrent la personne en agissant sur les cellules et, par réaction en chaîne, sur tout l’organisme.

Cet article fait partie de la Revue Pantherapeutique numero 2 :
La Revue Panthérapeutique
#2
Edito

les NTIE - Nouvelles Thérapies Energétiques et Informationnelles - sur la voie de la coopération et de l’intégration

le Point (édition du 30 mai 2013) titre en couverture sur Ces médecines Extraordinaires - même les hôpitaux s’y mettent, en consacrant un dossier de 16 pages à ce que nous appelons les NTIE - les Nouvelles Thérapies Energétiques et Informationnelles — dont l’hypnose et la méditation (qu’on classe ici tous deux sous les EMC, Etats Modifiés de Conscience), l’acupuncture, le Qi Gong, l’Ostéopathie, le Shiatsu, le Tai-Chi, l’Etiopathie, qui sont toutes des approches considérées par la Société Panthérapeutique comme validables scientifiquement. Le dossier considère également les magnétiseurs, coupeurs de feu et rebouteux comme des pistes thérapeutiques en raison d’un nombre croissant de témoignages avérant de résultats factuels positifs sur la santé - malgré l’absence d’étude scientifique.

Nous entrons dans une ère de coopération entre les médecines dites "officielles" et les "médecines Extraordinaires" — sortant de "l’ordinaire", hors des sentiers des pratiques médicales conventionnées. La Société Panthérapeutique a pour but l’intégration de ces approches complémentaires, validables scientifiquement et médicalement, dans le circuit de santé. Son travail est de regrouper ou de rechercher toutes les preuves scientifiques et les validations nécessaires à leur prise en compte à leur juste place. Ainsi l’association s’attache a passer au crible les méthodologies actuelles selon selon un protocole strict : dissocier l’effet placebo de l’effet réel, conduire et publier des études scientifiques irréprochables et accepter des études contradictoires comme le fondement de l’avancée de la recherche.

JPEG - 34.9 ko

Dans ce cadre, les Journées Professionnelles (www.journeepro.fr) proposent aux praticiens confirmés des approches nouvelles ayant fait leurs preuves ; le 21 septembre 2013, nous réunirons 5 intervenants présentant des protocoles et des techniques éprouvées de médecine énergétique particulièrement intéressantes en complément de pratiques manuelles ; d’autres journées sont en préparation sur d’autres thématiques.

Nous espérons contribuer à l’évolution extraordinaire de l’approche de la médecine au XXIe siècle, à la validation des nouvelles approches et à la diffusion des connaissances scientifiques et des pratiques, au plus proche des responsables et autorités sanitaires, et dans le plus grand respect des approches, spécificités et caractéristiques de chacun.

Actualités spéciales

21 Septembre 2013, Paris 13 : SOLUTIONS INNOVANTES AUX TROUBLES FONCTIONNELS

La Société Panthérapeutique organise régulièrement des journées professionnelles, autour d’une approche, d’une pratique ou d’une pathologie. La journée du 21 septembre 2013 est consacrée aux médecines énergétiques appliquées aux pratiques manuelles.

Interview

Interview croisé - J’ai déjà une pratique manuelle agréée et certifiée, pour quelles raisons dois-je l’améliorer ?

Le praticien de santé conventionné au sorti de sa formation se posera effectivement la question de son niveau de compétence. Il a appris des techniques et en connaît leur cadre d’application cependant il s’aperçoit très vite qu’il lui manque l’essentiel une méthodologie de terrain. C’est là tout l’enjeu d’une formation complémentaire, l’accompagner pour que réalité de sa pratique soit à la dimension professionnelle qu’il souhaite prendre et donner à son cabinet : un soin

- COHERENT scientifiquement (pas de risque de dérives sectaires)

- COMPRÉHENSIBLE sur le plan médical (pas de marginalisation, pas de perte de contact au niveau des relations indispensables à l’exercice professionnel)

- STRUCTURÉ - les supports écrits comprennent cours et cahiers de travaux dirigés

- ORGANISÉ - week-ends dans la période du séminaire (diminue l’absence au cabinet)

- SÉRIEUX - CV des Formateurs, respect du programme (contenu, heures de cours)

- CONTRÔLÉ effectué chaque jour sur les objectifs avec vérification de la capacité à reproduire correctement ce qui a été enseigné, bilan pédagogique en fin de stage signé.

- SATISFAISANT - le thérapeute peut mesurer les résultats sur ses patients !

- RAPIDE - formation de courte durée, résultats obtenus rapidement

- EFFICACE - le protocole de chaque séance est précisé (et il n’en faut rarement pas plus de 2 ou 3). Le fait de pouvoir comprendre d’avance le résultat à escompter permet de suivre et vérifier le bon déroulement jusqu’au résultat final.
- GRATIFIANT - le thérapeute retrouve un plaisir à exercer, moins de tensions dans la gestion de son travail, plus de réputation et s’aperçoit d’une autre considération dans son entourage. Il peut même découvrir une passion dans ce qu’il fait ce qui le stimule pour sa formation.

Nombreux sont ceux qui font cette prise de conscience. Le « déclic » varie dans le temps, c’est souvent quelques années après la première installation, mais pour certains c’est au lendemain de leur diplôme ! On s’aperçoit donc, un jour ou l’autre, qu’on ne peut pas se cacher derrière un diplôme même en sortant très bien classé d’une très bonne école reconnue et agrée par l’Etat.

Nous avons posé la question à nos experts (concepteurs et formateurs d’une méthode de soins énergétiques complémentaire à toute pratique manuelle en cabinet d’un professionnel de santé).

Etudes de cas

Richard Jouy : PATHOLOGIES FONCTIONNELLES ET BIORESONANCE

Les pathologies dites fonctionnelles sont l’une des causes fréquentes de consultation en médecine générale comme en médecine spécialisée, avec de nombreux symptômes.

Experts

Dr. Folker Meissner : LA MEDECINE HOLISTIQUE DU FUTUR

Il ya des changements déjà perceptibles dans la médecine traditionnelle qui font prendre en compte l’EIM (energy and information medicine) dans des recherches importantes, dès lors que les grandes entreprises ont compris qu’il ya un certain bénéfice pour elles aussi.

Méthodes

Roland Solère : OSTEOPATHIE & ÉNERGÉTIQUE : Rééquilibration Fonctionnelle - Méthode Solère

La place de l’Ostéopathie dans la prise en charge d’un certain nombre de dysfonctions mécaniques sur l’appareil locomoteur, est une chose acquise.

La Société Panthérapeutique

Interview de Méderic Degoy, co-fondateur de l’association Panthérapie

Actualités

Nouveau centre Panthérapeutique à Perpignan

Après le centre de Prades (8 cabinets et une quinzaine de thérapeutes de différentes approches), Perpignan voit l’ouverture à l’hiver 2013 d’un autre centre pluridisciplinaire.

Version PDF

Numéro 2




Outils de Recherche

Participer

A propos

Centres, Praticiens

Formations, Rencontres

Revue, études

SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0