" La biorésonance d’après Paul Schmidt " par le Pr. Dietmar Heimes

Les gens qui sont confrontés pour la première fois à la médecine vibratoire, ont des avis extrêmement variés sur le sujet. Souvent, ceux qui ont toujours cru en la médecine officielle, voient leur entière conception du monde s’effondrer. Quant aux autres, ils sont spontanément convaincus par son succès, conformément à la devise souvent citée : celui qui guérit a raison.
Mais pour tous ceux qui ont été conditionnés par de nombreuses années de formation scientifique, il est incroyablement difficile d’accepter des structures qui existent en dehors de l’approche déjà établie en physique et chimie, parce qu’elles ne peuvent pas être expliquées mathématiquement à l’heure actuelle. Pourtant, avec le recul, ce scepticisme est tout à fait nécessaire pour permettre un travail d’approfondissement. N’acceptez jamais ce que vous n’avez pas minutieusement questionné, et ne rejetez jamais rien avant d’avoir vous-même testé. Voilà un bon conseil à donner à chacun. Une saine part de scepticisme est aussi nécessaire, parce que de nombreux défenseurs des méthodes naturelles de guérison vivent dans les nuages, en ignorant les principes basiques du travail scientifique. Si les mathématiques modernes ne peuvent décrire les processus, et si vous voulez quand même établir de nouvelles bases de manière scientifique, il est utile d’examiner de près en quoi consiste ce type de travail.
JPEG - 266.7 ko

Le travail scientifique se définit par :
- la méthodologie, le gain de connaissances
- l’absence de préjugés
- l’évaluation impartiale
- le caractère vérifiable, c’est-à-dire la preuve par l’application à des cas uniques
- la reproductibilité
- la possibilité de procéder à une analyse critique

Depuis 1976, de nouvelles connaissances furent acquises dans le domaine de la biorésonance d’après Paul Schmidt, qui furent vérifiées sans préjugés et de manière impartiale dans des cas isolés comme dans les études. Les corrélations empiriques, c‘est-à-dire découvertes expérimentalement, seront décrites par la suite, générant ainsi la reproductibilité de la méthode, qui peut aussi servir à toutes les personnes intéressées. La reproductibilité des résultats est un des aspects attrayants de la médecine vibratoire et de la fascination pour la biorésonance d’après Paul Schmidt.

(...) Au Moyen Age, les gens croyaient encore que le corps ne consistait qu’en ce que les yeux voyaient, mais les travaux de Bohr et Sommerfeld (1915) indiquèrent clairement, sans l’ombre d’un doute, que cette matière solide devait être composée de plus petites parties ; le modèle d’un atome fit surface. Selon cet ancien modèle, notre matière est composée d’atomes (du grec, indivisible). Un atome est la plus petite partie d’un élément chimique, il ne peut être scindé par la chimie. Les atomes comportent des noyaux atomiques électriquement positifs (protons et neutrons) et des nuages électroniques (électrons), électriquement négatifs. Le diamètre du noyau atomique est approximativement de 10-12 cm, le diamètre du nuage électronique de 10-8 cm. En moyenne, cela fait un noyau 10.000 fois plus petit que le diamètre du nuage électronique.

Maintenant, imaginons simplement que nous supprimions l’espace entre le noyau atomique et les électrons circulant autour, le volume de la matière restante ne serait que de 1/10.000ème. Cela ramènerait un homme d’une hauteur de 2 m aux dimensions d’un tout petit être de 0,2 millimètres de haut, pour un poids identique. La circonférence de la Terre n’excèderait pas 40 km environ, etc.

Cela devrait nous aider à prendre conscience que la matière n’est pas solide au niveau de ses constituants les plus petits ; notre organisme est constitué aussi d’éléments qui contiennent une grande quantité d’espace vide. Maintenant, une autre question se pose : de quoi sont faits les protons, les neutrons et les électrons ? Dans le modèle atomique de Bohr et Sommerfeld, les électrons gravitent autour du noyau dans une orbite elliptique. Ce modèle seul ne peut pas expliquer tous les faits découverts expérimentalement. La théorie quantique, une théorie physique qui décrit les atomes, les molécules et leurs corrélations sur la base de particules élémentaires (quantum), établit des correspondances supplémentaires qui demeurent cohérentes à ce jour. D’après la définition actuelle, un quantum désigne une particule élémentaire dont le comportement avant tout corpusculaire (particules), prime sur le comportement ondulatoire. Le point de départ de la théorie quantique moderne réside dans les découvertes faites par Max Planck.

Lui et un certain nombre d’autres scientifiques célèbres, complétèrent les découvertes de la théorie quantique qui mena finalement à deux conclusions importantes :
1. Vous ne pouvez pas déterminer la progression d’une particule élémentaire unique au cours du temps.
2. Les particules élémentaires se présentent - et c’est là un des aspects les plus intéressants pour la médecine vibratoire – de deux façons différentes, soit comme une particule soit comme une onde.
Ce fut Heisenberg qui découvrit le principe d’indétermination, la formule mathématique de ce dualisme entre particule et onde. Le physicien français Louis de Broglie établit la théorie ondulatoire de la matière et prouva que non seulement la lumière, mais aussi toute matière quelle qu’elle soit, avaient les caractéristiques d’une onde. Par conséquent, nous admettons que chaque particule élémentaire a une rotation – un moment cinétique intrinsèque.

(..) Si tout – même notre corps – est fait de vibrations dans ses moindres petits détails, il est facile de comprendre le processus de « réparation » par l’administration de vibrations. Maintenant, au moins, nous pouvons voir très clairement quel bien précieux représente actuellement la médecine vibratoire qui connaîtra automatiquement un plein essor dans le futur. La place de la médecine vibratoire se situe au-delà du niveau moléculaire, et par conséquent bien entendu au-delà du niveau génétique, également. En décodant le génome, l’humanité a fait un pas géant en avant dans la technologie, mais d’un autre point de vue, c’est seulement un pas vers la structure d’organisation la plus petite, les vibrations.
Si nous devenons capables dans le futur de régénérer la plus petite structure d’organisation du corps, la reproduction d’un membre amputé deviendra subitement possible, bien que cela soit difficile à croire aujourd’hui. Mais nous devons demeurer réalistes, bien sûr, et être conscients que la médecine vibratoire du futur sera complètement différente de sa forme actuelle. Et nous avons encore un long chemin à parcourir. Mais cette perspective est précisément la raison de l’attrait important qu’exerce la médecine vibratoire.

" La biorésonance d’après Paul Schmidt ", Pr. Dietmar Heimes, app. 550 pages, en commande sur extrao.fr

Cet article fait partie de la Revue Pantherapeutique numero 3 :
La Revue Panthérapeutique
#3
Edito

Les NTIE - Nouvelles Thérapies Energétiques et Informationnelles - et la biorésonance offrent des perspectives au monde médical

Après un premier numéro sur les études médicales validant le Reiki et un second sur des pratiques manuelles énergétiques pour ostéopathes et kinésithérapeutes, ce numéro 3 fait un point sur l’état actuel de la recherche médicale sur les effets de la biorésonance, et en particulier la biorésonance d’après Paul Schmidt, découverte par ce chercheur allemand en 1976. Cette approche électromagnétique, rattachée aux médecines douces, non intrusives, a fait en effet l’objet de validations particulièrement probantes ces derniers temps.

Alors que le monde médical s’ouvre de plus en plus aux pratiques millénaires ou récentes prenant en compte l’aspect énergétique et informationnel comme cause supérieure des dérèglements menant à la maladie — citons, par ordre d’ancienneté : depuis plusieurs milliers d’années l’acupuncture, la médecine ayurvédique et la médecine traditionnelle chinoise qui entrent maintenant à l’hôpital et dans des études médicales sérieuses ; le reiki, la naturopathie, l’ostéopathie, la sophrologie, qui font partie de circuits officiels dans de nombreux pays ; l’homéopathie, la chromathérapie, les fleurs de bach, la bioéoergie, la réflexologie, dont les résultats sont incontestables bien que difficiles à mesurer sur des protocoles d’études traditionnels ; et les nouveaux appareils : biorésonance, thérapie binaurale, cohérence cardiaque, issus des développements technologiques récents et donnant des résultats probants selon des protocoles d’études classiques —, nous constatons une scission entre deux tendances : l’une, avide de changement, constatant les limites du système actuel et cherchant de nouvelles solutions ; l’autre, résistante au changement, essayant de conserver un savoir acquis bien qu’ayant fait preuve de ses limites.

Cette résistance au changement n’est pas l’apanage du monde médical, elle se retrouve à chaque tournant historique dans tous les domaines. Rares sont les défricheurs, plus nombreux sont ceux acceptant la nouveautés, mais plus nombreux encore sont ceux qui préfèrent s’installer dans le connu plutôt que de continuer à apprendre.
Pourtant, et de nombreuses études le montrent, c’est en apprenant toute sa vie qu’on reste jeune d’esprit et en bonne santé ! Nous vous souhaitons donc de rester agile de corps et d’esprit, ouvert à la nouveauté et aux nouvelles possibilités sortant des habitudes, et surtout de conserver toujours en tête la mission que vous vous êtes choisi dans cette vie, même si elle implique une remise en cause permamente...

Interview

Interview de Médéric Degoy sur les appareils de biorésonance

Invités

Luc Montagnier : ADN et électromagnétisme

Luc Montagnier affirme avoir mis en évidence une nouvelle propriété de l’ADN : l’émission d’ondes électromagnétiques ! Dans un entretien à la revue Orbs, l’Autre planète, il explique que sa découverte pourrait bien être un moyen révolutionnaire de détection et de traitement des maladies chroniques.

Le Professeur Luc Montagnier a reçu le Prix Nobel de physiologie ou de médecine en 2008.

Experts

Qui est Paul Schmidt ?

Articles scientifiques

Les études médicales de Rayonex en détail

Étude de de cas sur le RAYOCOMP PS 1000 - Dr. G. Breier, Cologne, Octobre 1993
Étude Fraunhofer sur cultures cellulaires - Prof. Dr. med. E. W. J. Mikus, 2011
Étude clinique Thyreogym - M.Junge, 2012
Étude Dartsch Scientific - Effets bénéfiques dans les cellules exposées à l’application du Thyreogym - Prof. Dr. Dartsch, 2011
Étude clinique prospective randomisée contrôlée contre placebo en double aveugle sur l’efficacité et l’innocuité du Thyreogym - Dr. med. Schussmann, 2012
Étude Dartsch Scientific - Effets bénéfiques dans les cellules exposées à l’application du Mini-Rayonex - Prof. Dr. Dartsch, 2014

Masterclass et formations

Karin Schussmann, naturopathe Heilpraktiker : thérapies systémiques, recherche des causes et des pathogènes

Cette Masterclass, au centre Panthérapie de Perpignan, a réuni une centaine de praticiens sur 2 jours, sur place ou en direct par Internet (webcast). Karin Schussmann est Naturopathe et Thérapeute en Biorésonance depuis plus de 13 ans, et travaille aujourd’hui à MELBECK en ALLEMAGNE.

Actualités

PraticiensRayonex.fr : l’annuaire des praticiens en biorésonance

Témoignages

Témoignages de praticiens en biorésonance

Version PDF

Numéro 3

numéro spécial biorésonance




Outils de Recherche

Participer

A propos

Centres, Praticiens

Formations, Rencontres

Revue, études

SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0