Journée professionnelle du 21 septembre 2013 à Paris

Roland Solère : OSTEOPATHIE & ÉNERGÉTIQUE : Rééquilibration Fonctionnelle - Méthode Solère

basée sur le concept de l’ostéopathie et de l’acupuncture

Page de l'auteur : Roland Solère

La place de l’Ostéopathie dans la prise en charge d’un certain nombre de dysfonctions mécaniques sur l’appareil locomoteur, est une chose acquise.

JPEG - 76.6 ko
Roland Solère, kinésithérapeute, ostéopathe, Rééquilibration fonctionnelle, méthode Solère®

C’est un progrès considérable. Souhaitons qu’il y en ait d’autres car, pour répondre plus exactement à la problématique des troubles fonctionnels musculo squelettiques d’origine non médicale, il est nécessaire de prendre en considération aussi bien les incidences mécaniques qu’énergétiques. L’association ostéopathie et acupuncture en l‘absence de troubles organiques semble être une union particulièrement intéressante pour solutionner de nombreux phénomènes perturbateurs manifestés sous forme aiguë ou chronique, et étiquetés à tort « maladies ». Cette façon de faire n’autorise pas pour autant de parler d’ostéopathie énergétique. Evitons de galvauder ce qu’Andrew Taylor Still a dénommé Ostéopathie, sans juger bon d’y adjoindre lui-même, le concept de l’énergétique qui pourtant existait bien avant. Si une dimension énergétique est donnée à l’ostéopathie, elle s’ajoute à son concept initial, et dès lors, la méthode d’application de soins est déviée aussi bien de l’ostéopathie que de l’acupuncture. En dénommant « Rééquilibration fonctionnelle » la méthode fondée sur le concept énergético-mécanique, le praticien formé à la Méthode Solère signifie mettre en pratique une autre forme de soins. Son raisonnement emprunté à l’acupuncture traditionnelle conditionne des techniques issues du massage Tui-Na qui sont complémentaires aux manœuvres basiques de correction de restrictions de mobilité dans différentes structures. Cette considération étiologique d’une interrelation énergético- mécanique à l’origine du trouble fonctionnel conditionne pour les mêmes raisons, leur disparition.

La REEQUILIBRATION FONCTIONNELLE-Méthode SOLÈRE®

Basée sur le concept de l’ostéopathie et de l’acupuncture, la méthode de REEQUILIBRATION FONCTIONNELLE® permet d’appréhender les problèmes fonctionnels avec une méthodologie rationnelle par des normalisations spécifiques. Après avoir soigné plus de 20 000 patients avec cette méthode, Roland Solère son concepteur, se consacre désormais à la faire connaître.

Cette approche offre aux patients des possibilités de réversibilité jusqu’alors insoupçonnées car elle permet de mieux comprendre certaines manifestations dites fonctionnelles. Le Praticien n’a pas à avoir recours à la technique des ostéopathes et des acupuncteurs lorsqu’il utilise cette méthode. Il assure la rééquilibration, par l’emploi judicieusement conjugué, des normalisations articulaires, des normalisations viscérales et des normalisations énergétiques. A cet effet, il redonne à la technique du massage Tui Na toute la puissance de son information par l’usage des mains complété par l’appareil AMPIsm®, amplificateur de massage qui remplace avantageusement les aiguilles.


L’efficience de cette méthode se concrétise, par l’entière réversibilité du problème fonctionnel en un minimum d’interventions, et la performance de cette méthodologie se vérifie, par la disparition des douleurs mais aussi par des tests dynamiques ou palpatoires très évidents. La nécessité de cette forme de soin se justifie et se prouve lorsque le problème manifesté ne relève pas encore du domaine médical classique.
Cette façon de soigner, ne consiste pas à appeler, autrement, autre chose. Il s’agit là d’un réel mode de soins. Qu’il soit clairement posé et dit avec insistance que, parce qu’il y a une différence entre la pathologie organique et la perturbation fonctionnelle, nous ne devons rien confondre, et que la meilleure façon de les différencier est l’examen médical classique et sérieux, avant toute chose. Cependant, lorsque aucun substrat ne peut venir cautionner le diagnostic précis de la lésion organique, la méthodologie de la REEQUILIBRATION FONCTIONNELLE® permet d’évaluer d’autres possibilités lésionnelles avant de dire qu’il n’y a rien ou qu’il s’agit de psy.
De nombreuses composantes lésionnelles, en dehors du système organique, sont à connaître. Prenons un exemple simple, ou les composantes organiques auraient pour résultante une douleur de type sciatalgie dans le membre inférieur. Appelons "4" cette manifestation.

Imaginons maintenant que les examens cliniques, les examens de laboratoire et les imageries médicales confirment ce quatre par la preuve d’un 2+2.
Le diagnostic sera alors précis et confirmera une sciatique.
Son traitement médical est connu.

Lorsque ce même "4", ne peut justifier la précision d’un diagnostic médical, il est possible qu’il n’y ait pas les composantes recherchées (celles connues de la médecine). Il est cependant possible que ce soit (3+1) ou (5-1) et dans ce cas dire "vous n’avez rien !" est faux alors que dire "vous n’êtes pas malade" est vrai ! Ce "4" a des composantes arithmétiques et peut révéler le problème fonctionnel dans son aspect mécanique ou énergétique. Dire que cette symptomatologie correspond à un problème fonctionnel est vrai, si l’on arrive à reconnaître les composantes d’ordre mécanique (3+1), ou d’ordre énergétique (5-1). Elles existent et l’actualisation des connaissances renforce maintenant les traditions, puisque des études scientifiques en cours pourront cautionner ce pragmatisme des faits en REEQUILIBRATION FONCTIONNELLE®. Il y a donc nécessité d’élargir le champ de la diagnose afin de ne plus continuer à déverser dans le psy tout un tas de "malades-incompris", ou de faire croire au miracle lorsque des solutions cartésiennes ont pu être trouvées. Dans ces cas bien précis, une place de choix doit être donnée à la REEQUILIBRATION FONCTIONNELLE®. La sciatalgie peut effectivement être une sensation de fréquences perturbées sur le trajet d’un méridien… cette même sciatalgie pourrait aussi être une manifestation dans le membre inférieur d’une souffrance mécanique. Les acupuncteurs et les ostéopathes connaissent bien ces incidences. Au-delà de l’exemple de la sciatalgie, c’est toute la panoplie des "pseudo pathologies" qui bénéficieraient de cette façon de lire. La REEQUILIBRATION FONCTIONNELLE® permet d’élargir encore plus l’investigation. Partant du principe que tout individu fait vibrer un niveau énergétique par la résonance fréquentielle avec ses constitutions, s’ajoute à cette façon de lire une "grille de lecture".

Ainsi, la sciatalgie prise en exemple, ne serait pas manifestée de la même façon selon le niveau vibratoire. La sciatalgie du Tai-Yang n’ayant rien à voir avec la sciatalgie du Tai-Yin, ainsi de suite pour les six niveaux que l’on nomme "tempérament de l’individu". Or, ces fréquences qui appartiennent au milieu, sont sans arrêt sollicitées par l’environnement ce qui cause des modifications comportementales lorsque le niveau de référence se trouve en compensation sur un autre. Il est ainsi décrit, quatre stades lésionnels pour chacun des six tempéraments. Et selon le stade lésionnel, bien que la sciatalgie ait une origine mécanique ou énergétique, il peut y avoir ou non priorité à la traiter. Sans la parfaite maîtrise de la REEQUILIBRATION FONCTIONNELLE® qui inclut dans son concept toutes ces notions, l’ostéopatie et l’acupuncture continueront à faire valoir des échecs.

Connaître les 24 possibilités lésionnelles (4x6) qui occasionnent des non-reconnaissances fréquentielles entre le niveau des sensations et le niveau de perception nous parait indispensable. Comprendre que le corps en souffrance puisse manifester un déphasage dans le système de perceptions fréquentielles, c’est trouver d’autres composantes lésionnelles sur un autre niveau d’organisation. C’est donner de la cohérence aux nombreuses sensations décrites par les patients et incompréhensibles pour les thérapeutes. Ces lésions, qu’elles soient mécaniques ou énergétiques, qu’elles soient dépendantes du "MOI" le corps, ou du "SOI" le système d’organisation, ne se définissent pas comme la lésion organique. Nous soignons des lésions fonctionnelles et absolument pas les pathologies. Uniquement des lésions fonctionnelles. Ce que nous appelons « lésion » n’a rien à voir avec une pathologie. Lésion, du verbe léser, dans le sens de restreindre, explique qu’un mouvement en restriction puisse être une lésion. Il n’y a absolument pas d’erreur de sémantique ! Une lésion sera une restriction de mouvement soit dans la mobilité (physique) soit dans la motilité (énergétique). Prenons l’exemple d’un gâteau qui serait divisé en deux parties inégales. Celui qui aurait la plus petite part serait lésé. Dans ce sens, nous sommes loin de la lésion du gâteau qui supposerait une altération de ses composants. Cette lésion sera dite fonctionnelle pour se différencier de la lésion organique, qui elle, concerne le remaniement tissulaire. La lésion fonctionnelle est installée dès qu’il y a restriction de mobilité à la suite d’une perturbation des fonctions dans le Soi ou Moi.

De ce fait il y a des lésions énergétiques ou mécaniques qui n’ont rien à voir avec des lésions organiques. Ce sont des dysfonctions et leurs dysfonctionnement est rapidement corrigé. Que la lésion fonctionnelle soit mécanique ou énergétique, elle répond à des règles de la physiologie de la mécanique ou de l’énergétique. Les muscles, les articulations, que nous connaissons dans les moindres détails de leur physiologie, ont des incidences sur la dynamique circulatoire ; tout ceci conditionne le mouvement des tissus, des liquides, et de la chaleur de ces liquides que nous appelons, l’énergie. Cette lésion fonctionnelle répond aux lois de la physiologie déviée (lois de la bio-dynamique) et ne correspond absolument pas aux règles de la physio-pathologie organique. Retrouver les lésions fonctionnelles et comprendre la singularité de leur installation, permet de pouvoir normaliser les suites énergético-mécaniques. Il faut savoir que ce genre d’intervention, non content d’enlever la dysfonction, a le privilège d’anéantir le terrain favorable à leur apparition.

Terrain où le cortège d’autres manifestations fonctionnelles pourrait devenir gênant... Par exemple, le nombre de femmes ayant les pieds froids est impressionnant ! Celles qui ne cherchent pas à comprendre se mettent des chaussettes, trois paires de chaussettes en plein été ! Celles qui consultent s’entendent dire dans la plupart des cas, que ce n’est rien, que la maman avait pareil, et qu’il n’y a pas lieu de s’affoler sur une caractéristique très féminine ! Celles qui nous demandent notre avis, ne vont pas entendre cette rhétorique. Elles vont bénéficier d’une bonne recherche des composantes lésionnelles fonctionnelles au niveau du bassin, des lombaires, des muscles pyramidaux et obturateurs internes, certains points énergétiques seront désobstrués par le massage, puis nous leur montrons un exercice spécifique au décongestionnement à faire trois minutes par jour, pas plus, pendant le temps nécessaire au retour de la norme circulatoire. Cette intervention suffit et peut se construire en deux ou trois séances en respectant les priorités selon le stade lésionnel énergétique. Lorsque quelques mois plus tard, la normalisation est effective, ceux qui ne croyaient pas aux incidences mécaniques et énergétiques sur la dynamique circulatoire, et qui disaient, de ce fait, qu’il n’y avait rien à proposer, rien à faire, que c’était une normalité par rapport au sexe ou à l’âge... devraient se remettre en question. Surtout s’ils savent faire la relation de l’amélioration de la fertilité, de la disparition du syndrome douloureux menstruel, des colites spasmodiques ou de la constipation chronique... après ce genre de normalisation circulatoire !

Un personnage qui perds son trousseau de clés dans sa maison, et qui les cherche en plein milieu de la nuit ne va pas conclure qu’elles n’y sont pas, uniquement parce que la recherche n’a rien donné sous le halo de lumière que projette le lampadaire du salon. Allumer d’autres lumières s’impose à sa logique. En partant du principe que les clés sont dans cette maison, puisqu’il est persuadé les y avoir perdues, il fera tout pour les retrouver, il quittera même le lieu où il n’a rien trouvé pour chercher dans toutes les autres pièces. Le fait qu’elles ne soient pas à l’endroit éclairé en premier ne justifie pas que l’on ait à lui dire, uniquement pour justifier l’échec de sa première approche, qu’il est surmené, nerveux, que c’est psy, où que sa mère elle aussi les avait perdues, et qu’elle n’en est pas morte !

Alors, pourquoi en médecine passerait-on au peigne fin ce qui est bien éclairé et laisserait-on dans l’obscurité la plus totale, des domaines où une grande partie du potentiel de santé peut se perdre ?

Considérerait-on en médecine, la santé, comme étant uniquement un bien-être qui fait prendre conscience de la non-maladie ?

Cette façon de voir consisterait alors à partager le fatalisme de celui qui s’ennuie dans son travail mais qui pourrait s’estimer heureux puisqu’il n’est pas au chômage... Ceux qui ne sont pas malades aimeraient ne plus dire "on fait aller", lorsqu’ils pourraient dire "c’est incroyable, je me sens en pleine forme". Pour trouver ce genre de solutions, il faut tenir compte des lésions fonctionnelles. Particulièrement les kinésithérapeutes et les ostéopathes (dont la compétence est reconnue en bio-dynamique) devraient être capables de chercher ce genre de dysfonctionnement et ces types de dysfonctions. Les chercher, les trouver, et les normaliser !

C’est dire que l’on peut avoir des dysfonctions dans ces systèmes et que les lésions fonctionnelles mécaniques ou énergétiques n’ont rien à voir avec les lésions organiques. Parler de pathologies fonctionnelles, anéantit d’emblée la possibilité qu’il puisse exister des lésions mécanistes et énergétiques à normaliser. Il faudrait bien comprendre que quand il n’y a pas utilité d’un médicament, cela ne veut pas dire qu’il n’y ait pas utilité de soins. Or ces lésions fonctionnelles (terme plus exact) qui nécessitent des soins et non pas une thérapie, se remarquent si l’on prend la peine de les rechercher.

Il n’est plus possible de ne pas vouloir les considérer en tant que lésions réversibles. Tout ceci se démontre, ne serait-ce que par le pragmatisme des faits que cette méthode procure. Revenir à une norme dans l’optimum du potentiel de santé n’est pas compliqué, cela s’appelle une "normalisation". C’est ce que nous faisons sans être gourou ou sorcier, depuis une trentaine d’années.

Cette méthode est une approche préventive qui autorise d’intervenir si l’absence de maladie est incontestablement relevée par le médecin. Au-delà de ce principe imposé à l’intervenant, il est agréable de souligner que dans l’intérêt des gens qui souffrent, celui qui possède la meilleure méthode pour trouver, comprendre, agencer la systémique lésionnelle, répond le mieux au principe d’harmonie des systèmes dans une même entité. Ce principe ne l’oublions pas, consiste à respecter la personne qui consulte en lui offrant ce qu’il y a de mieux pour elle, là où il le faut, comme il le faut quand il le faut. Trop de professionnels, voulant s’offrir ce qu’il y a de mieux pour eux, abordent l’ostéopathie ou l’acupuncture en négligeant le concept holistique. Sans cette philosophie, ces doctrines ne sont que des techniques proposant un simple moyen curatif ou palliatif, atténuant plus ou moins le problème. Aussi, ceux qui s’en rendent compte cherchent à prolonger le nombre d’années d’études dans ces deux disciplines.
Pourtant, il suffirait d’éveiller l’intelligence avec une bonne méthodologie plutôt que de tourner en rond pendant de nombreuses années.

Pratiquer la REEQUILIBRATION FONCTIONNELLE®, nécessite bien-sûr d’avoir appris les règles de son fonctionnement et par conséquent d’avoir compris les lois qui régissent l’ostéopathie et l’énergétique. Mais cela ne suffit pas. Une méthodologie rationnelle, intelligente et dépourvue de tout ésotérisme est indispensable pour choisir les normalisations. Pratiquer la REEQUILIBRATION FONCTIONNELLE® c’est trouver sa place, sa petite place dans le système des soins, pour permettre aux patients d’avoir accès à ce qu’il y a de plus grand : l’optimum de Santé. De plus en plus de gens, revendiquent ce plein potentiel de santé, et plébiscitent la méthode qui peut les soigner lorsqu’ils ne sont pas malades. Ce n’est pas parce que la médecine devient de plus en plus pointue, que le domaine de la santé doit se priver des choses les plus simples. Cette notion est inscrite dans la conscience des gens qui souffrent, et nous ne devons pas l’occulter. Des soins appropriés à ces 40% de personnes, qui souffrent de ne point être malades, peuvent être donnés par les praticiens maîtrisant la méthode. Par ce biais, cette alternative aux soins sera de plus en plus connue et plus rien n’autorisera de la confondre avec la thérapie manuelle. Mettre en place une REEQUILIBRATION FONCTIONNELLE® (maximum trois séances, le plus souvent une ou deux) nécessite que les kinésithérapeutes ou les ostéopathes, reconnus comme ayant la capacité à gérer le mouvement, possèdent cette alternative. Dès lors, plus rien ne permettra de confondre une alternative dans la façon de soigner, avec une médecine alternative.

Roland Solère

Voir en ligne : http://www.methode-solere.eu

Roland SOLÈRE Ostéopathe D.O, Ph.D - Docteur en Ostéopathie, Diplômé d’Etat de Masso-Kinésithérapie, Acupuncteur DNSMA, Heilpraktiker, Membre du Conseil Supérieur National d’Acupuncture Traditionnelle, Formateur

Samedi 21 Septembre 2013 :
Présentation d’un cas clinique sur l’épaule. Étude de reproductibilité de ce modèle thérapeutique non médicamenteux (ReF-Sport®N.9) par Roland SOLÈRE et le Dr Rufin BOUMPOUTOU, Médecin du sport.

Troubles fonctionnels
Acupuncture

l’Acupuncture stimule des points du corps énergétique selon une science millénaire.

Ostéopathie

L’ostéopathie est une approche thérapeutique non conventionnelle qui repose sur l’idée que des manipulations manuelles du système musculo-squelettique et myofascial1 permettent de soulager certains troubles fonctionnels.

Cet article fait partie de la Revue Pantherapeutique numero 2 :
La Revue Panthérapeutique
#2
Edito

les NTIE - Nouvelles Thérapies Energétiques et Informationnelles - sur la voie de la coopération et de l’intégration

le Point (édition du 30 mai 2013) titre en couverture sur Ces médecines Extraordinaires - même les hôpitaux s’y mettent, en consacrant un dossier de 16 pages à ce que nous appelons les NTIE - les Nouvelles Thérapies Energétiques et Informationnelles — dont l’hypnose et la méditation (qu’on classe ici tous deux sous les EMC, Etats Modifiés de Conscience), l’acupuncture, le Qi Gong, l’Ostéopathie, le Shiatsu, le Tai-Chi, l’Etiopathie, qui sont toutes des approches considérées par la Société Panthérapeutique comme validables scientifiquement. Le dossier considère également les magnétiseurs, coupeurs de feu et rebouteux comme des pistes thérapeutiques en raison d’un nombre croissant de témoignages avérant de résultats factuels positifs sur la santé - malgré l’absence d’étude scientifique.

Nous entrons dans une ère de coopération entre les médecines dites "officielles" et les "médecines Extraordinaires" — sortant de "l’ordinaire", hors des sentiers des pratiques médicales conventionnées. La Société Panthérapeutique a pour but l’intégration de ces approches complémentaires, validables scientifiquement et médicalement, dans le circuit de santé. Son travail est de regrouper ou de rechercher toutes les preuves scientifiques et les validations nécessaires à leur prise en compte à leur juste place. Ainsi l’association s’attache a passer au crible les méthodologies actuelles selon selon un protocole strict : dissocier l’effet placebo de l’effet réel, conduire et publier des études scientifiques irréprochables et accepter des études contradictoires comme le fondement de l’avancée de la recherche.

JPEG - 34.9 ko

Dans ce cadre, les Journées Professionnelles (www.journeepro.fr) proposent aux praticiens confirmés des approches nouvelles ayant fait leurs preuves ; le 21 septembre 2013, nous réunirons 5 intervenants présentant des protocoles et des techniques éprouvées de médecine énergétique particulièrement intéressantes en complément de pratiques manuelles ; d’autres journées sont en préparation sur d’autres thématiques.

Nous espérons contribuer à l’évolution extraordinaire de l’approche de la médecine au XXIe siècle, à la validation des nouvelles approches et à la diffusion des connaissances scientifiques et des pratiques, au plus proche des responsables et autorités sanitaires, et dans le plus grand respect des approches, spécificités et caractéristiques de chacun.

Actualités spéciales

21 Septembre 2013, Paris 13 : SOLUTIONS INNOVANTES AUX TROUBLES FONCTIONNELS

La Société Panthérapeutique organise régulièrement des journées professionnelles, autour d’une approche, d’une pratique ou d’une pathologie. La journée du 21 septembre 2013 est consacrée aux médecines énergétiques appliquées aux pratiques manuelles.

Interview

Interview croisé - J’ai déjà une pratique manuelle agréée et certifiée, pour quelles raisons dois-je l’améliorer ?

Le praticien de santé conventionné au sorti de sa formation se posera effectivement la question de son niveau de compétence. Il a appris des techniques et en connaît leur cadre d’application cependant il s’aperçoit très vite qu’il lui manque l’essentiel une méthodologie de terrain. C’est là tout l’enjeu d’une formation complémentaire, l’accompagner pour que réalité de sa pratique soit à la dimension professionnelle qu’il souhaite prendre et donner à son cabinet : un soin

- COHERENT scientifiquement (pas de risque de dérives sectaires)

- COMPRÉHENSIBLE sur le plan médical (pas de marginalisation, pas de perte de contact au niveau des relations indispensables à l’exercice professionnel)

- STRUCTURÉ - les supports écrits comprennent cours et cahiers de travaux dirigés

- ORGANISÉ - week-ends dans la période du séminaire (diminue l’absence au cabinet)

- SÉRIEUX - CV des Formateurs, respect du programme (contenu, heures de cours)

- CONTRÔLÉ effectué chaque jour sur les objectifs avec vérification de la capacité à reproduire correctement ce qui a été enseigné, bilan pédagogique en fin de stage signé.

- SATISFAISANT - le thérapeute peut mesurer les résultats sur ses patients !

- RAPIDE - formation de courte durée, résultats obtenus rapidement

- EFFICACE - le protocole de chaque séance est précisé (et il n’en faut rarement pas plus de 2 ou 3). Le fait de pouvoir comprendre d’avance le résultat à escompter permet de suivre et vérifier le bon déroulement jusqu’au résultat final.
- GRATIFIANT - le thérapeute retrouve un plaisir à exercer, moins de tensions dans la gestion de son travail, plus de réputation et s’aperçoit d’une autre considération dans son entourage. Il peut même découvrir une passion dans ce qu’il fait ce qui le stimule pour sa formation.

Nombreux sont ceux qui font cette prise de conscience. Le « déclic » varie dans le temps, c’est souvent quelques années après la première installation, mais pour certains c’est au lendemain de leur diplôme ! On s’aperçoit donc, un jour ou l’autre, qu’on ne peut pas se cacher derrière un diplôme même en sortant très bien classé d’une très bonne école reconnue et agrée par l’Etat.

Nous avons posé la question à nos experts (concepteurs et formateurs d’une méthode de soins énergétiques complémentaire à toute pratique manuelle en cabinet d’un professionnel de santé).

Etudes de cas

Richard Jouy : PATHOLOGIES FONCTIONNELLES ET BIORESONANCE

Les pathologies dites fonctionnelles sont l’une des causes fréquentes de consultation en médecine générale comme en médecine spécialisée, avec de nombreux symptômes.

Experts

Dr. Folker Meissner : LA MEDECINE HOLISTIQUE DU FUTUR

Il ya des changements déjà perceptibles dans la médecine traditionnelle qui font prendre en compte l’EIM (energy and information medicine) dans des recherches importantes, dès lors que les grandes entreprises ont compris qu’il ya un certain bénéfice pour elles aussi.

Articles scientifiques

Etudes médicales sur la biorésonance : tour d’horizon

Pratiquée depuis plus de 30 ans, la biorésonance fait l’objet depuis récemment d’études médicales sérieuses.

La Société Panthérapeutique

Interview de Méderic Degoy, co-fondateur de l’association Panthérapie

Actualités

Nouveau centre Panthérapeutique à Perpignan

Après le centre de Prades (8 cabinets et une quinzaine de thérapeutes de différentes approches), Perpignan voit l’ouverture à l’hiver 2013 d’un autre centre pluridisciplinaire.

Version PDF

Numéro 2




Outils de Recherche

Participer

A propos

Centres, Praticiens

Formations, Rencontres

Revue, études

SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0